mercredi 14 novembre 2007

Second Life, un monde possible

Vendredi 12 octobre avait lieu le lancement de l’ouvrage “Second life, un monde possible” au Théâtre Paris-Villette. Je n’ai pas eu la possibilité d’y aller, mais Anthony Vessot des éditions “petits matins” a eu la gentillesse de m’adresser le bouquin.




Second life, c’est quoi ?
Second Life, c'est ce dont on parlait avant Facebook...

Second Life, c’est un monde virtuel lancé en 2003 par une société américaine. Tout le monde y a accès gratuitement en téléchargeant l’application sur internet. Et comme son nom l’indique, on peut y créer un personnage (avatar) et grâce à lui, on peut “vivre une seconde vie”. Second Life est donc un monde parallèle dans lequel des milliers de personnes se rencontrent, parlent, travaillent, découvrent des nouveautés, construisent, imaginent une nouvelle façon de vivre. On achète, on vend, on se relooke, on se bagarre, on s’agresse. Bref, on peut faire plein de choses, comme dans la “première vie”.

Mon intérêt pour Second Life
Je me suis intéressé à Second Life en 2006. Je suis marketeur et je trouve le sujet intéressant pour les marques. Second Life permet d’essayer des nouveautés, de tester, de promouvoir des marques. Et ces dernières ont effectivement investi ce nouveau terrain de jeu :

La marque de fringues American Apparel y a ouvert une boutique
L’Oréal a lancé un casting d’avatar
Jean-Paul Gaultier y a organisé le lancement de “les fleurs du Mâle” son nouveau parfum
Europ Assistance y lutte contre les accidents de téléportation
Cetelem est hébergée sur l’île BNP Paribas et répond aux questions sur le crédit
Air France, Axa, le groupe Caisse d'épargne et L’Oréal s’en sont même servis en novembre pour recruter


Quelques chiffres :
7,5 millions d’inscrits
500 000 inscrits actifs (c’est-à-dire passant plus d’une heure par mois sur Second Life)
40 000 connectés en même temps
Cela fait beaucoup de monde inscrits, mais finalement peu de monde en même temps. Les communautés médiatique et marketing en ont beaucoup parlé début 2007. On est loin d’un mass media, mais les actions dans Second Life ont permis de faire beaucoup de RP dans la “première vie”. Les investissements dans Second Life ont un effet surtout par leurs retombées presse. Les entreprises et les marques en tirent une image moderne et novatrice… dans la “vraie vie” !

Mais Second Life nous fait nous poser quelques questions.

Quid des règles du jeu ?
Quand une personne en agresse une autre, quand un avatar en viole un autre, qui le juge ? quelle sanction ? l’éditeur du jeu doit-il déconnecter les coupables ? doit-il les mettre dans une prison de Second Life ? doit-on créer des tribunaux, des assises ?

Il y a beaucoup d’échanges commerciaux sur Second Life. Quelles règles pour ce commerce ? Quels recours à quels tribunaux ? Quelle organisation mondiale du commerce sur Second Life ?

Quelles relations avec l’éditeur de ce monde ?
Chaque personne et chacune de ses actions sont enregistrées sur les serveurs de l’éditeur… Quelle régulation de ce “fichage” ? Quel droit à une vie privée ?

Ce sont quelques unes des questions qu’abordent “Second Life, un monde possible” (sous la direction d’Agnès de Cayeux et Cécile Guibert, essai, les petits matins). Une lecture intéressante pour aborder les enjeux politiques, économiques et sociologiques de Second Life.

2 commentaires:

Virginie a dit…

Bonjour,
étudiante en communication, je réalise des dossier de culture pro. Travaillant sur Second Life, votre post m'a interpellé.
Je cherche à répondre à plusieurs questions marketing,communication des entreprises et marques dans SL. Me conseillez vous de lire "Second Life, un monde possible"? Ou bien est- ce trop général (économique politique réglementation juridique)?
Merci
Cordialement
une fidéle lectrice de votre Blog.

bertrand espitalier a dit…

je vous le conseille, chère fidèle lectrice ;-)
tout dépend de vos questions... markcom des entreprises & marques sur SL, c'est très (trop ?) général...
Sérieusement, j'ai trouvé ce bouquin très intéressant. Maintenant SL, plus grand monde n'en parle, si ?
n'hésitez pas à me mailez